UN PEU D’HISTOIRE

Tout commence au début des années 1900… Les ballastières ont été exploitées depuis 1910 afin d’en extraire des matériaux (ballast) pour les voies ferrées et des ouvrages d’art. Elles appartenaient alors aux Chemins de Fer de l’Est.

La Société Drouard de Paris vient s’y installer avec 70 ouvriers afin d’en extraire le gravier et le sable. L’exploitation aura accueillie jusqu’à 100 ouvriers au mieux de son activité.

Un excavateur est installé dans les années vingt, ainsi que des chaînes à godets et un concasseur. On produit alors cailloux, gravillons et sable, mais aussi des matériaux concassés pour stabiliser les voies. Un embranchement ferroviaire desservait les houillères ainsi que les ballastières. Trois à quatre trains quittent chaque jour le site. Après 1945, il n’y a plus qu’un seul convoi qui est assuré.
L’exploitation cesse en 1950, lorsque le gisement est épuisé. La SNCF revend alors le site au Syndicat Intercommunal de la Base de Plein Air des Ballastières.
C’est à partir de ce moment que débute la reconversion des Ballastières de zone d’industrie à zone de loisirs et de tourisme.

Jusqu’en 2015, le Syndicat Intercommunal de la Base de Plein Air des Ballastières reste propriétaire du site et assure le bon fonctionnement de la base. Il se compose des communes de Ronchamp, Champagney, Plancher-Bas et Plancher-les-Mines .

Depuis le 1er janvier 2016, suite à l’application de la loi NOTRe visant la réorganisation territoriale, la base des Ballastières est gérée par la Communauté de Communes Rahin et Chérimont.

 

RÉSERVER

Langue